La Communication NonViolente, un art de vivre avec soi-même et avec les autres


En partant du constat de notre réalité actuelle, que peut nous offrir l’utilisation de la Communication NonViolenteSM ?

Il suffit aujourd’hui d’ouvrir les journaux, d’écouter la radio ou de regarder la télévision pour se rendre compte que le sentiment général d’insécurité va croissant.
Cela se manifeste partout, dans les écoles, dans les familles, dans les quartiers, entre les pays ou régions... Face à cette réalité et à ce qu’il perçoit comme insécurisant, l’être humain a tendance à réagir par l’agressivité ou par la fermeture et la soumission.

La Communication NonViolente va nous inviter à tenter une autre option : celle de la coopération. Certes, l’agressivité libère et procure un soulagement à court terme et  la fermeture donne provisoirement l’idée qu’on est à l’abri. Cependant si de notre plein gré, nous collaborons avec d’autres ou faisons plaisir à quelqu’un, c'est là que nous éprouvons une satisfaction profonde. Selon Marshall Rosenberg, fondateur du processus de la Communication NonViolente,  il est dans notre nature profonde d’aimer cela par-dessus tout.
Ne nous sentons-nous pas en effet plus heureux d’avoir permis à quelqu’un de nous comprendre plutôt que de l’avoir injurié ? Ou d’avoir permis à deux de nos collègues de se réconcilier plutôt que d’avoir fait le choix de nous détourner de leur conflit ?

S’il existe de multiples façons de favoriser la coopération chez l’être humain, la spécificité de la Communication NonViolente est d’utiliser, pour ce faire, le langage. Cela ne s’apprend pas en un jour… Mais les principes de base sont si simples qu’on les saisit en très peu de temps.

Marshall Rosenberg a déclaré : « J’ai été frappé par le rôle déterminant du langage et de l’usage que l’on fait des mots. J’ai depuis lors défini un mode de communication – d’expression et d’écoute – qui nous permet d’être généreux et de trouver un contact vrai avec nous-mêmes comme avec autrui, laissant libre cours à notre bienveillance naturelle. C’est ce que j’appelle la ‘Communication NonViolente’… Car bien que nous puissions avoir l’impression que notre façon de parler n’a rien de violent, il arrive souvent que nos paroles soient source de souffrance pour autrui et pour nous-mêmes. »

Ce processus est si universel qu'il trouve son application dans des domaines aussi variés que ceux de l'entreprise, la santé, l'éducation, la famille...

Marshall Rosenberg a grandi à Détroit, dans le Michigan où des tensions raciales dégénérèrent en émeutes. Quelques semaines plus tard, lors de la rentrée scolaire, il découvrit à son insu qu’ « un patronyme pouvait être aussi préjudiciable qu’une couleur de peau ».
C’est à partir de ces événements que la quête de Marshall Rosenberg a débuté. Il n’eut de cesse de trouver un mode d’expression qui supprimerait la nécessité de recourir à la violence. Il reçut en 1961 le titre de docteur en psychologie clinique et se vit accorder cinq ans plus tard la plus haute distinction du Jury américain de psychologie professionnelle. C’est également en 1966 qu’il fonda le Centre pour la Communication NonViolente.
Actuellement directeur pédagogique du Centre qu’il a fondé, Marshall Rosenberg, avec ses confrères, a fait connaître le processus de la Communication NonViolente à des dizaines de milliers de personnes dans une quarantaine de pays – y compris des pays en guerre – et sur les cinq continents. Ces formatrices et formateurs s’adressent à des publics extrêmement variés : pédagogues, élèves et étudiants, parents, dirigeants et personnel d’entreprise, professionnels de la santé physique et mentale, avocats, juges, prisonniers, agents de police, ecclésiastiques, etc.

Cet homme de dimension internationale, qui a agi dans les conflits au Rwanda, en Sierra Leone, en Serbie, en Israël et en Palestine..., nous offre l'occasion exceptionnelle de le rencontrer à Bordeaux le 1er juillet.

Conférence sur "la Communication NonViolente en milieu professionnel" à 17h à la Cité Mondiale du Vin organisée par le CECA, dans le cadre de sa 10ème université et l'ACNV.

 Conférence sur "la Communication NonViolente au quotidien" à 20h30 à la Cité Mondiale du Vin organisée par l'ACNV ayant pour relais local l'association Co-libri.

Contact réservations :
-inscriptions prises en charge par une entreprise (conférence de 17h):
    contacter le CECA : Christophe de La Chaise
    Domaine de Villepreux, 33160 St Aubin-de-Médoc
    05 56 70 84 06 — c.delachaise@ceca.asso.fr
-inscriptions individuelles :
    contacter : www.colibri.ouvaton.org
    tel: 05-56-87-81-59
    ou Association pour la Communication NonViolente : www.nvc-europe.org

Bibliographie :
Marshall B. Rosenberg:
"les mots sont des fenêtres (ou des murs)"
Editions Jouvence, 1999
"La Communication NonViolente au quotidien"
Editions Jouvence, collections "pratiques", 2003
et aussi,
Thomas d'Ansembourg:
"Cessez d'être gentil, soyez vrai !"
Editions de l'homme, 2001
"Etre heureux, ce n'est pas nécessairement confortable"
Editions de l'homme, 2004

Il parle de la Communication NonViolente :
David Servan-Schreiber
"Guérir le stress, l'anxiété et la dépression sans médicaments ni psychanalyse"
« Réponses », Robert Laffont