L’empathie d’abord

3 Mondes

n°38 - nov-déc 2003

novembre 2003, par Fabien Rohrhurst // Références

Pour servir une cause aussi essentielle que la paix dans le monde, rien de tel que d’aimer et de s’aimer. Pascale Molho est donc allée à la rencontre d’elle-même pour plus d’efficacité.

La Communication non violente (CNV) m’a permis d’accéder à plus de paix intérieure. Je ne dis pas qu’elle est là en permanence, mais je savoure de plus en plus de moments où je me sens reliée. Le point clef de ma recherche à été la découverte de mes besoins ; Avec une éducation judéo-chrétienne et une grand-mère d’origine judéo-espagnol pour qui les filles étaient au service des hommes (j’ai cinq frères !), j’ai passé des années à ignorer mes besoins et, par conséquent, à ne pas pouvoir les exprimer. Cela m’a amenée à beaucoup somatiser. Mon corps m’a rappelé l’urgence vitale à les reconnaître, à les exprimer et à en prendre soin. J’ai compris la nécessité de faire des choix pour « être ».

J’ai donc choisi ma vie plus consciemment et j’ai quitté mon métier de médecin hospitalier pour être formatrice à temps plein en CNV.

[...]

1 Message

  • 3 Mondes 18 juin 2006 22:30, par Isabelle Segura

    J’envisage moi aussi de quitter mon métier actuel d’assistante de direction dans une entreprise britannique afin de me diriger vers la communication relationnelle et pourquoi la communication non violente. Je souhaiterais savoir comment vous etes passée du métier de médecin à celui de formateur en communication non violente. J’ai du mal à sauter le pas. Merce d’avance.


Derniers commentaires

18/06 — 3 Mondes — par Isabelle Segura

J’envisage moi aussi de quitter mon métier actuel d’assistante de direction dans une entreprise britannique afin de me diriger vers la communication relationnelle et pourquoi la communication non (...) Lire la suite »